Ce blog n'est plus mis à jour

POLITIQUE ÉNERGETIQUE - la CFDT souhaite un mix équilibré

12 Novembre 2011 , Rédigé par CFDT AJILON ENGINEERING Publié dans #CFDT Nationale

Introduction:

L'article qui suit est un extrait de CFDT Magazine - n°377 - novembre 2011.

Il a pour but de donner un éclairage de la position de la CFDT sur un sujet de société qui touche directement un grand nombre de salariés d'Ajilon travaillant pour le secteur énergétique.

 


Pour remplir les objectifs du développement durable, une véritable politique énergétique communautaire est nécessaire à l'échelle européenne. La CFDT déplore que les pays persistent à établir chacun leur bouquet (ou mix) énergétique sans concertation ni arbitrage européens. Avec la Confédération européenne des syndicats, elle soutient les préconisations de la Commission européenne en faveur de la cohésion des réseaux de transport d'électricité en Europe ou du développement de l'efficacité énergétique.

 

Pour la CFDT, il est impératif d'organiser un débat citoyen et transparent sur les choix énergétiques.

 

GEM0123866La France se caractérise par le poids du nucléaire le plus élevé au monde dans le mix énergétique. A contrario, les énergies renouvelables ne représentent que 1% des sources de production d'énergie. Depuis de nombreuses années, la CFDT milite pour un mix énergétique équilibré afin de ne pas être dépendant d'une seule technologie et de diversifier les approvisionnements de matières premières. Elle revendique que la part du nucléaire dans la production d'électricité soit ramenée à environ 60% en 2030, au lieu de 78% aujourd'hui. Cette diminution de 18% constituerait un effort identique à celui que l'Allemagne a envisagé de réaliser sur la même échéance. 60% de la production d'électricité d'origine nucléaire correspond à la "production de base", c'est à dire un fonctionnement régulier et continu des centrales, mais qui ne répond pas aux pics de la demande en fonction des saisons ou des heures de pointe par exemple.

 

 Pour atteindre cet objectif, la fermeture et le non-renouvellement de tranches s'imposent en complément des mesures d'économies d'énergie et de nouveaux investissements pour créer une filière industrielle des énergies renouvelables. Autant d’éléments qui sont indispensables pour définir une politique énergétique selon la CFDT, qui a construit sa position à partir de l'état actuel des connaissances technologiques, de la structuration des nouvelles filières industrielles et du niveau de la demande.

Partager cet article