Ce blog n'est plus mis à jour

CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 22 MAI 2012: MOTION DU COMITÉ D'ENTREPRISE

27 Mai 2012 , Rédigé par CFDT AJILON ENGINEERING Publié dans #Comité d'Entreprise

CONSEIL D'ADMINISTRATION AJILON ENGINEERING DU 22 MAI 2012

 

Un Conseil d'Administration de la socité Ajilon Engineering s'est tenu le 22 mai 2012 à Villeurbanne.

Le CE était représenté à ce Conseil et a communiqué à ses membres la motion suivante:

 


AJILON ENGINEERING

MOTION DU COMITE D’ENTREPRISE AU CONSEIL D’ADMINISTRATION

 

Le Comité d’Entreprise souhaite attirer l’attention des membres du Conseil d’Administration sur les conséquences pour les salariés de la politique sociale pratiquée dans l’entreprise depuis plusieurs années et sur les effets néfastes du manque de dialogue social sur le fonctionnement et les résultats de l’entreprise.

 

Le recentrage de notre activité sur la prestation au détriment des forfaits  a pour conséquence principale de nous rapprocher de l’intérim aux yeux de nos clients et d’être perçu comme une forme de travail précaire par les salariés.

 

Le recours croissant aux CDIC et aux CDD renforce ce sentiment et n’incite pas les salariés à se projeter durablement dans une entreprise qui semble privilégier les résultats à court terme au détriment de la capitalisation et de la valorisation de l’expérience de ses salariés.

 

Après 3 années sans accord dans le cadre des NAO, la politique salariale définie unilatéralement par la Direction excluant les augmentations générales et insuffisante pour maintenir le pouvoir d’achat d’une majorité de salariés ne permet pas  de répondre à leurs attentes et aux souhaits d’évolution de carrière des différentes catégories du personnel.

 

Cette situation accentue le sentiment de manque de considération  et d’insatisfaction exprimé par un grand nombre de collaborateurs.

Le taux important de turn-over est une des conséquences de ces choix managériaux et nous ne pouvons que nous interroger sur les coûts  pour l’entreprise des 354 départs enregistrés en 2011 pour un effectif moyen de 753 personnes, soit  près de la moitié du personnel, ainsi que sur les coûts des procédures judiciaires induits par ce type de gestion.

 

En outre, la difficulté rencontrée par les Représentants du Personnel à être reconnus comme des interlocuteurs à part entière par la Direction ne permet  pas un fonctionnement satisfaisant des  relations sociales. Le recours à des procédures judiciaires par le CE pour faire reconnaître ses droits, comme cela a été le cas pour le déménagement  des agences d’Ile de France, est un exemple qui illustre le climat conflictuel des rapports sociaux qui ont cours dans notre entreprise.

 

Nous attendons des membres du Conseil d’Administration que ces questions soient examinées avec  l’attention qui s’impose afin de donner aux salariés les réponses qui permettront d’améliorer le climat social et d’apporter la sérénité nécessaire au bon fonctionnement de notre entreprise.

Les élus au Comité d’Entreprise


Partager cet article